Blog
Bts alternance salaire : tout ce que vous devez savoir

11 minutes
Éducation et Sensibilisation à l'Énergie
Partager cette page

Les types de contrats en BTS alternance

Les principaux types de contrats pour un BTS en alternance

Quand il s'agit de poursuivre un BTS en alternance, deux types de contrats sont principalement disponibles : le contrat d'apprentissage et le contrat de professionnalisation. Chacun a ses spécificités, ses avantages et ses inconvénients.

Contrat d'apprentissage : une formation duale

Le contrat d'apprentissage est conçu pour les jeunes de 16 à 29 ans souhaitant obtenir une qualification professionnelle reconnue. En France, ce type de contrat représente une part significative des formations en alternance. Selon les données de la sources de 'AKOR Alternance', le contrat d'apprentissage se caractérise par un équilibre entre formation théorique en centre de formation et application pratique en entreprise. De plus, il est régi par une grille de rémunération dépendant de l'âge et de l'ancienneté dans la formation.

Contrat de professionnalisation : une qualification professionnelle

À l'inverse, le contrat de professionnalisation est accessible à un public plus large, incluant aussi bien les jeunes de 16 à 25 ans que les demandeurs d'emploi de 26 ans et plus. Ce contrat permet de suivre une formation tout en travaillant, mais il est souvent perçu comme moins encadré que le contrat d'apprentissage.

Caractéristiques comparatives

  • Public visé : Le contrat d'apprentissage cible principalement les jeunes, tandis que le contrat de professionnalisation est plus ouvert.
  • Durée : La durée du contrat d'apprentissage est généralement de 1 à 3 ans, tandis que celle du contrat de professionnalisation varie en fonction des accords de branches et des structures.
  • Rémunération : Les grilles de salaires diffèrent selon le type de contrat, l'âge de l'alternant, son niveau d'études, et l'année d'exécution du contrat. Les sources de 'AKOR Alternance' sont des bons exemples permettant de comprendre ces différences.

Conclusion et perspectives

Choisir entre un contrat d'apprentissage et un contrat de professionnalisation dépend de nombreux facteurs : l'âge de l'apprenti, son cursus, les spécificités de l'entreprise d'accueil, et les avantages financiers ou éducatifs recherchés. Dans les sections suivantes, nous allons considérer des éléments tels que le calcul du salaire en BTS alternance selon l'âge et les rémunérations par année d'exécution du contrat.

Le calcul du salaire en BTS alternance selon l'âge

Le salaire en fonction de l'âge et du niveau de formation

Le salaire en alternance dépend fortement de l'âge de l'apprenti et de son niveau de formation. Prenons l'exemple d'un apprenti en BTS NDRC (Négociation et Digitalisation de la Relation Client). En première année, un apprenti de moins de 18 ans touchera 27 % du SMIC, tandis qu'un apprenti de 20 à 25 ans verra son salaire grimper à 51 % du SMIC.

Les pourcentages en détails

Pour vous donner une idée plus précise, voici un tableau récapitulatif :

Âge Pourcentage du SMIC en première année Montant en euros (approximation)
Moins de 18 ans 27% 462€
18 – 20 ans 43% 736€
21 – 25 ans 53% 908€
26 ans et plus 100% 1715€

Les variations selon les contrats

Il y a une différence notable entre le contrat d'apprentissage et le contrat de professionnalisation. En contrat de professionnalisation, par exemple, un apprenti de 22 ans peut toucher jusqu'à 70 % du SMIC, soit environ 1200 € par mois. Ces chiffres montrent bien que l'alternance peut être une option financièrement viable pour les jeunes à la recherche d'expérience professionnelle.

Les témoignages des experts

Selon Jean-Luc Cerni, expert en formation professionnelle, « L'alternance est une véritable opportunité pour les jeunes de combiner apprentissage théorique et pratique tout en recevant une rémunération qui peut les aider à devenir autonomes financièrement. » En effet, les contrats d'alternance offrent une rémunération plus attractive par rapport à d'autres formes de stage ou de formation, ce qui peut être décisif dans le choix de cette voie professionnelle.

En conclusion, il est crucial pour les étudiants et les parents de comprendre que la rémunération en alternance est variable et dépend de plusieurs critères tels que l'âge, le niveau de formation et le type de contrat. Pour plus d'informations sur les contrats en alternance, consultez l'article sur la période d'essai en alternance.

Les rémunérations par année d'exécution du contrat

Rémunérations en première, deuxième et troisième année d'apprentissage

En BTS alternance, la rémunération évolue en fonction de l'année d'exécution du contrat. Pour les apprentis en première année, le salaire minimum est souvent calculé sur un pourcentage du SMIC, qui est de 21 86 % pour les moins de 18 ans. Ce pourcentage augmente jusqu'à 53 % pour les apprenants âgés entre 18 et 20 ans (source : Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion).

Répartition selon l'âge et l'expérience

Pour les alternants en deuxième année, la rémunération grimpe. Par exemple, un apprenti de moins de 21 ans verra son salaire évoluer entre 53 % et 65 % du SMIC. Pour les apprenants de 21 à 25 ans, il varie entre 61 % et 78 % du SMIC (source : Service Public). Cette progression encourage la fidélisation des jeunes au sein de l'entreprise et incite à la poursuite de leur formation.

Exemples de rémunérations concrètes

Marie, 20 ans, en deuxième année de BTS MCO, gagne environ 793 euros brut mensuel, soit 53 % du SMIC. Jean, 23 ans, en troisième année de BTS NDRC, touche quant à lui 1 038 euros brut mensuel, ce qui équivaut à 78 % du SMIC (source : exemples réels d'alternants).

Données et tendances

Une tendance intéressante est observée : les entreprises sont de plus en plus disposées à offrir des salaires compétitifs pour attirer les meilleurs talents. Un rapport du INSEE indique que la rémunération moyenne d'un apprenti en France a augmenté de 2,5 % entre 2018 et 2021.

En somme, la rémunération en BTS alternance n'est pas fixe et varie fortement selon divers facteurs tels que l'année du contrat, l'âge de l'apprenti et le secteur d'activité. Se tenir informé des barèmes légaux et des pratiques du marché est essentiel pour estimer sa rémunération potentielle.

Le salaire brut et le salaire net : ce qu’il faut savoir

Distinction entre le salaire brut et le salaire net

En tant qu'alternant, il est crucial de comprendre la différence entre le salaire brut et le salaire net. Le salaire brut, c'est la rémunération totale avant déduction des cotisations sociales. Par exemple, si votre salaire brut est de 1 000 euros, ce n'est pas ce que vous recevrez sur votre compte.

Le salaire net est ce que vous recevez réellement, après déduction de ces cotisations. Ces déductions incluent la Sécurité Sociale, les cotisations chômage, la retraite, et d'autres prélèvements obligatoires. Environ, on peut estimer que le salaire net représente 80% du salaire brut, bien que ce pourcentage varie légèrement selon les cas spécifiques.

Pour être lancé plus concrètement dans le sujet, prenons l'exemple de Pierre, un apprenti en BTS MCO (Management Commercial Opérationnel). Avec un salaire brut de 1 200 euros par mois, après les déductions, il reçoit environ 960 euros nets mensuels.

Les raisons des déductions des cotisations

Les cotisations sociales couvrent des services et protections importants. Par exemple, l'assurance maladie, les allocations familiales, l'assurance chômage, et la retraite. Ces contributions sont obligatoires et garantissent un filet de sécurité pour tous les salariés, y compris les alternants.

La proportion des cotisations sociales est déterminée par la loi et peut également être influencée par les conventions collectives. Par exemple, les apprentis et alternants sont souvent soumis à des taux de cotisations réduits par rapport aux autres salariés, en raison de leur statut particulier.

Comment se calcule le salaire brut

Le salaire brut d'un alternant en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation est généralement calculé en fonction d'un pourcentage du SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance). Ce pourcentage varie en fonction de l'âge de l'apprenti et de l'année d'exécution du contrat.

Par exemple, en première année de contrat, un apprenti de moins de 18 ans touchera 27% du SMIC, soit environ 436 euros bruts mensuels pour un SMIC à 1 709,28 euros en 2023. Ce pourcentage augmente avec l'âge et l'expérience, atteignant jusqu'à 78% du SMIC pour un jeune de 26 ans ou plus en troisième année.

Exemple concret de grille de salaire

Pour illustrer cela de manière concrète, regardons la grille de salaire des contrats en alternance :

  • Moins de 18 ans :
    • 1ère année : 27% du SMIC
    • 2ème année : 39% du SMIC
    • 3ème année : 55% du SMIC
  • 18 à 20 ans :
    • 1ère année : 43% du SMIC
    • 2ème année : 51% du SMIC
    • 3ème année : 67% du SMIC
  • 21 à 25 ans :
    • 1ère année : 53% du SMIC
    • 2ème année : 61% du SMIC
    • 3ème année : 78% du SMIC
  • 26 ans et plus :
    • 1ère année : 100% du SMIC
    • 2ème année : 100% du SMIC
    • 3ème année : 100% du SMIC

En somme, comprendre les distinctions entre le salaire brut et net, en plus des grilles de rémunération, est essentiel pour gérer ses attentes salariales et ses finances personnelles pendant son apprentissage.

Étude de cas : exemples de salaires en BTS alternance

Étude comparative entre BTS MCO et BTS NDRC

Dans le cadre d'un BTS NDRC en alternance, il est crucial de noter que différents éléments influencent le salaire. Par exemple, un apprenti dans une grande entreprise à Paris pourrait bénéficier d'une rémunération plus élevée. Selon une étude réalisée par le cabinet Opco, un apprenti BTS NDRC de 20 ans ou plus peut percevoir environ 800 euros brut mensuel, soit 61 % du SMIC mensuel brut.

Les spécificités du salaire BTS MCO

Dans un BTS MCO, la rémunération d'un alternant montre également des variations significatives. En première année, un apprentis de 18 ans gagne généralement 27 % du SMIC mensuel brut, soit environ 440 euros. Pour une fonction similaire mais en deuxième année, cette rémunération peut monter jusqu'à 800 euros, atteignant 61 % du SMIC mensuel brut (source : France Stratégie).

Cas réel : Camille en BTS MCO

Camille, 19 ans, effectuait sa deuxième année de BTS MCO. Employée par une entreprise de distribution en Rhône-Alpes, elle a partagé son expérience. Elle touchait un salaire brut de 1 200 euros, incluant une prime de transport, plus élevé que le minimum conventionnel du SMIC à cause des conventions collectives locales. Camille explique : « Cette rémunération m'a permis de gérer mes dépenses sans solliciter mes parents. »

Et en Guadeloupe, qu'en est-il ?

Les étudiants de cette région peuvent bénéficier d'un bonus supplémentaire par rapport aux taux du SMIC de France métropolitaine, souvent appelé le « minimum conventionnel smc ». Une étude menée par la Cgu en 2022 révèle que les apprentis en alternance en Guadeloupe touchent en moyenne 10 % de plus que le SMIC national, représentant un salaire mensuel brut d'environ 1 320 euros.

Résumé des tendances

En général, les salaires des contrats d'apprentissage et de professionnalisation pour les BTS alternants varient selon l'âge, l'année d'exécution du contrat, et le type de BTS suivi. Les conventions collectives, le lieu de travail et les primes complémentaires jouent aussi un rôle important dans la détermination de la rémunération. Ainsi, les différences entre les BTS et les régions ne sont pas négligeables, impactant directement le pouvoir d'achat des alternants.

Les avantages et les inconvénients des contrats en alternance

Les bénéfices tangibles des contrats en alternance

L'un des principaux avantages des contrats en alternance, que ce soit en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation, est la possibilité de combiner formation théorique et expérience pratique. Selon le Ministère du Travail, 85 % des apprentis trouvent un emploi dans les six mois suivant leur formation.

En termes de rémunération, les salaires des alternants ont un impact important sur leur motivation et leur investissement. Par exemple, dans le cadre d'un BTS en alternance, un apprenti âgé de 18 à 20 ans gagne 51 % du SMIC en première année, soit 897 euros brut mensuel en 2023. En deuxième année, ce pourcentage augmente à 61 %, ce qui se traduit par un salaire d'environ 1 073 euros brut par mois.

Le contrat d'apprentissage versus le contrat de professionnalisation

Outre les rémunérations, un autre bénéfice des contrats en alternance est la prise en charge des frais de formation par les employeurs, grâce aux aides de l'État et des OPCO. En contrat d’apprentissage, l’alternant bénéficie d’un salaire progressif en fonction de son âge et de son année d’exécution du contrat. Quant au contrat de professionnalisation, il vise à favoriser l'insertion ou le retour à l’emploi des jeunes et des adultes.

Toutefois, un inconvénient notable des contrats en alternance est l’intensité du rythme entre période en entreprise et période en centre de formation. Selon les critiques, certains jeunes peuvent éprouver des difficultés à gérer cette double charge. Cependant, beaucoup réussissent à passer outre ces obstacles grâce à une bonne organisation et une motivation élevée.

Avis des experts sur les contrats en alternance

Marie Dupont, spécialiste en RH, souligne : « L’alternance est une opportunité unique pour les jeunes de se plonger rapidement dans le monde professionnel tout en étudiant. Elle les prépare mieux que toute autre formation à la réalité du marché du travail. » Ce sentiment est partagé par les entreprises qui sont souvent à la recherche de jeunes talents déjà formés et opérationnels.

Malgré les quelques difficultés liées au rythme soutenu, les avantages des contrats en alternance sont largement reconnus. Ils offrent non seulement une formation complète mais aussi une insertion professionnelle facilitée.

Impact des conventions collectives sur le salaire des alternants

L'influence des conventions collectives sur le salaire des alternants

Les conventions collectives jouent un rôle crucial dans la détermination des salaires des alternants en BTS. Ces accords, négociés entre les syndicats de salariés et les organisations patronales, fixent le cadre légal et les rémunérations minimales applicables dans une branche d'activités donnée.

Par exemple, dans certains secteurs comme la métallurgie, les conventions collectives peuvent prévoir des salaires minimums conventionnels plus élevés que le SMIC, offrant ainsi une meilleure rémunération aux alternants. Selon une étude de l'Observatoire des branches, environ 60 % des accords de branche prévoient des grilles de salaires spécifiques pour les apprentis et les alternants (source : Observatoire des branches, 2022).

Les entreprises doivent respecter ces minima, mais peuvent également décider d'offrir des salaires supérieurs à ce qui est prévu par les conventions collectives pour attirer et fidéliser les jeunes talents. Par exemple, dans le secteur de l'informatique, plusieurs entreprises offrent des bénéfices supplémentaires tels que des primes, pour augmenter la motivation et la rétention des alternants.

Étude de cas :

Marie, une alternante en BTS MCO dans une grande enseigne de distribution, bénéficie d'un salaire de 85 % du SMIC grâce à la convention collective du commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire. Cela représente environ 1 282 euros brut par mois en 2023 (source : Ministère du Travail, 2023). Sans cette convention, son salaire n'aurait été que de 55 % du SMIC en première année d'exécution du contrat.

En revanche, dans certaines régions comme la Guadeloupe, les conventions collectives peuvent varier et offrir des conditions différentes. Il est capital que les alternants et les entreprises consultent attentivement les textes applicables pour s'assurer de la conformité et optimiser les bénéfices pour les deux parties.

De nombreux experts, comme Jean-Paul Drillet, président de l'Opco EP, soulignent l'importance de ces conventions pour garantir des conditions de travail décentes et prévenir les abus. « Les conventions collectives sont un socle de protection pour les jeunes travailleurs en alternance », affirme-t-il (source : Les Echos, 2023).

En conclusion, connaître et comprendre les conventions collectives applicables est essentiel pour maximiser la rémunération des alternants en BTS.

Conseils pratiques pour négocier son salaire en alternance

Connaître sa valeur et faire des recherches

Pour bien négocier votre salaire en alternance, il est fondamental de connaître les barèmes de rémunération dictés par votre âge et votre année d'exécution du contrat. Renseignez-vous sur la grille de salaire en contrat d'apprentissage et en contrat de professionnalisation : ces informations sont cruciales. Selon une étude de l'INSEE en 2022, 55 % des alternants en BTS reçoivent un salaire supérieur au Smic.

Préparez votre argumentaire

Veillez à apporter des arguments solides lors de votre entretien. Soyez prêt à démontrer pourquoi vous méritez une rémunération supérieure : vos compétences, vos expériences antérieures, et éventuellement des projets réalisés durant vos études. N’hésitez pas à mentionner les avantages financiers pour l’entreprise, tels que les aides accordées aux recruteurs d’apprentis.

Se baser sur des cas concrets

Il peut être utile d’évoquer des exemples précis de salaires de BTS alternance. Par exemple, un apprenti en BTS MCO de 20 ans en deuxième année peut toucher jusqu’à 890 euros brut mensuels, soit environ 70 % du Smic mensuel brut (source : Ministère du Travail, 2023).

S'informer sur les conventions collectives

Comme évoqué dans une section précédente, les conventions collectives peuvent avoir un impact important sur votre salaire. Informez-vous sur la convention collective de l’entreprise qui vous recrute ; certaines prévoient des rémunérations minimales plus élevées que celles fixées par le cadre légal.

Conseils de professionnels

Des experts en ressources humaines, comme Marie Lefèvre d’Opco, recommandent de ne pas se focaliser uniquement sur le salaire brut mais aussi sur les avantages en nature : tickets restaurant, remboursement des frais de transport, accès aux formations internes, etc. Ces éléments peuvent considérablement améliorer votre situation financière globale.

Anticiper les augmentations

Il est également judicieux de discuter des perspectives de progression salariale dès votre embauche. Parlez de l’augmentation annuelle du Smic et de la possibilité de renégocier votre salaire chaque année d'exécution du contrat. Le fait de montrer que vous anticipez et planifiez sur le long terme est un atout pour convaincre votre futur employeur de vos ambitions et de votre sérieux.